Dès le départ, le décor est planté. Vous incarnez Henry White Henry White, un maigrichon travaillant pour une association d'aide aux sans-abris et vous avez pour mission d'enquêter sur des corps retrouvés brulés.

yesterday-2.jpg

Peu à peu vous vous retrouverez sur les pas d'un certain John Yesterday totalement amnésique depuis sa dernière tentative de suicide. Au fil des tableaux, des énigmes et des objets à ramasser, John retrouvera peu à peu la mémoire et se rendra compte de sa liaison avec une secte satanique. Je ne vous en dis pas plus, mais cela suffit à vous faire toucher du doigt l'ambiance qui règne sur le jeu.

Tout au long de l'aventure, le joueur se retrouve plongé dans un univers tout droit sorti d'un BD. Les dessins sont tellement beaux qu'il en est presque dommage de jouer sur iPhone tant vous aurez tendance à rater certains détails. Heureusement, l'application est universelle et le plaisir s'en trouvera décupler grâce à la taille de l'écran de la tablette, qui selon moi s'adaptera mieux à Yesterday.

yesterday-3.jpg
yesterday-4.jpg

Comme souvent dans ce type de jeu, les énigmes sont parfois tirées par les cheveux, mais les habitués du genre ne s'y laisseront pas prendre. Pour les autres, un astucieux système d'indices pourra venir vous sortir de situations inextricables. Attention, pour y accéder, il faudra y mettre un peu du vôtre et tenter votre chance à de nombreuses reprises. Ne pensez pas que l'on va tout vous servir sur un plateau. Ça gâcherait le plaisir !

Aventure captivante du début à la fin, Yesterday est une sorte de bonbon noir, parfois lugubre que l'on aura plaisir à retrouver tout au long des 4 à 5 heures que vous offre le jeu.

S'il devait n'y avoir qu'un seul jeu à emmener pour les vacances, Yesterday pourrait bien être celui-là si bien sûr, vous aimez le point and click.


Vous aimez ? Partagez !