En effet, Apple était jusque là assez dur en matière d’autorisation et de certification pour obtenir la compatibilité certifiée pour HomeKit.

Pour être compatible HomeKit, les constructeurs tiers devaient jusque là passer par de longues procédures de test, mais aussi installer une puce dans leurs produits à certifier, pour la communication sans fil et la sécurité des échanges.

Mais la firme à la pomme a annoncé lors d’une session de la WWDC, que la certification est désormais plus ouverte. D'une part, les développeurs peuvent maintenant expérimenter des produits encore à l’état de prototype avec HomeKit, sans même avoir obtenu la certification MFi.

D’autre part, la comptabilité HomeKit peut désormais être assurée par logiciel, alors qu'une puce devait jusqu'alors être intégrée au produit. Cela permettra un cout sans doute moindre, un développement plus rapide mais aussi pour certains fabricants de matériel domotique, la possibilité d'ajouter la compatibilité homeKit (Siri et app maison notamment) via une simple mise à jour logicielle !

Toutefois, Apple a bien précisé que les mesures et tests seront toujours là pour garantir notamment une sécurité maximale du protocole. Le label homeKit restera la marque de fabrique d'Apple pour la domotique via iOS, avec des règles bien spécifiques à suivre pour les fabricants.

Ces accessoires seront bien évidemment utilisables avec l’enceinte autonome HomePod, concurrente directe de l'Amazon Echo et du Google Home, en plus des commandes via l'app Maison ou Siri depuis un iPhone ou un iPad.


À lire également :

Source

Vous aimez ? Partagez !