La Commission européenne reprocherait précisément à Google un abus de position dominante en regard d'Android et du fait que le système d’exploitation incite à utiliser les applications et services de la filiale d’Alphabet plus que les solutions proposées par la concurrence, ce qui limitera ainsi les possibilités et choix des utilisateurs finaux.

Cela rappelle deux cas similaires, dans une certaine mesure, qui concernent tous deux Microsoft. La firme de Redmond avait été réprimandée pour pratique anticoncurrentielle à propos du système Windows, qui venait accompagné d’Internet Explorer en tant que navigateur par défaut, mais aussi de Windows Media Player en tant que lecteur de médias par défaut.

En tout cas, dans le cas de la firme de Mountain View, pour cette affaire d’apps Google trop mises en avant dans Android, l’amende demandée atteindrait 11 milliards de dollars, tandis que le service antimonopole russe a déjà réussi à faire plier la société américaine sur le même sujet, avec le paiement d’une amende de 8 milliards de dollars l’année dernière.

Reste à voir la réaction du géant de la recherche face à cette nouvelle condamnation de Bruxelles.


À lire également :

Source

Vous aimez ? Partagez !