Car pour le moment, la seule puce maison présente dans les derniers Pixel 2 de Google est le Pixel Visual Core, un composant qui sous-tend le traitement des images ainsi que l’apprentissage machine. Avant le Pixel 2, les smartphones de Google utilisaient uniquement des composants génériques, partagés par d'autres fabricants. Difficile alors d'arriver à se démarquer des smartphones concurrents.

La première puce maison implantée dans le Pixel 2 ainsi que le recrutement de John Bruno pourrait donc laisser penser que le géant de Mountain View envisagerait la création d’autres composants en interne, à l’instar d'Apple et ses puces Ax.

Cela permettrait une meilleure maitrise à la fois de la puissance dégagée par les puces, mais aussi de l’énergie consommée, ce qui amènerait a une optimisation beaucoup plus poussée de l’ensemble, aussi bien côté composants que côté logiciels.

Cette possible stratégie de développement s’inscrirait dans une volonté de Google de mettre en avant ses Pixels, qui, même s’ils ont été jugés très bons par la presse dans leur dernière itération, restent des smartphones loin d’être les plus prisés par le public.

Source

Vous aimez ? Partagez !