Le partage des actifs serait encore en discussion, l’état français détenant 23 % du capital d’Orange aimerait rester actionnaire principal. Le groupe Bouygues de son côté aimerait négocier entre 10 et 15 % du capital. Cela en ferait le deuxième actionnaire d’Orange.

bouygues-orange-1.jpg

L’autre incertitude à régler concerne la répartition des clients, des boutiques, des antennes et fréquences de Bouygues Telecom aux autres opérateurs. Il s’agit là de la condition sine qua non du mariage entre Bouygues Telecom et Orange, dictée par l’Autorité de la concurrence.

Ainsi, Free pourrait récupérer des antennes, des fréquences et une partie des 300 boutiques Bouygues Telecom pour 2 milliards d’euros. SFR-Numericable aimerait croquer une part du gâteau du côté des clients fixes et mobiles et serait prêt à payer 4 milliards d’euros pour cela.

Les négociations sont donc en bonne voie, elles devraient prendre fin avant le mois d’avril pour conclure l’affaire et ainsi faire tendre le paysage du mobile en France à 3 opérateurs majeurs, que seraient Orange-Bouygues Telecom, SFR-Numéricâble et Free.

Source

Vous aimez ? Partagez !