Le nouveau venu était responsable chez Massimo, une société qui avait sorti une pince à fixer au doigt qui mesure le taux d'oxygène présent dans le sang et la fréquence cardiaque de l'utilisateur. Ces données sont ensuite communiquées à l'iPhone via une application dédiée.

Si on ne sait pas comment Apple va intégrer cette expertise dans ses futurs produits, cette nouvelle embauche montre l'intérêt certain d'Apple pour ce domaine des capteurs et de la mesure personnelle.

On ne peut s'empêcher de penser que le suivi fitness mais aussi des mesures relatives au corps et à la santé du porteur sont des fonctions qui justifieraient plus le port d'une iWatch bien plus qu'une simple extension des notifications de l'iPhone au poignet. Ceci serait en phase avec la philosophie d'Apple : n'arriver sur un marché que lorsque leur produit est susceptible de vraiment apporter quelque chose de nouveau.

Néanmoins, il n'est pas encore prouvé aujourd'hui que tout ceci tiendra(it) dans une montre au poignet, ni que toute les technologies évoquées pourront être intégrées dans un seul et même produit, à court ou moyen terme.


A lire :


source


Vous aimez ? Partagez !