Tim Cook l'explique dans sa lettre ouverte, la raison de son opposition n'est pas liée à l'aide à fournir au FBI mais à la teneur de la demande. En effet, le département de la justice Américaine demande un accès à un iPhone, mais Apple n'a pas la clé pour y accéder. Pour passer outre, il faudrait qu'un iOS dédié soit créé avec une "backdoor" permettant de contourner le chiffrement.

Sauf que la crainte exprimée d'Apple est que d'une part cet iOS une fois créé, puisse être récupéré et réutilisé, d'autre part que cela ouvre la porte à d'autres demandes de ce type, réduisant de fait la sécurité des données mise en place dans les machines.

Depuis, de nouveaux éléments sont apparus.

Un password changé a tout bloqué

Tout d'abord, Apple ne souhaitait pas que cette affaire devienne publique préférant qu'elle soit traitée entre responsables et sous le sceau du secret. Mais c'est le FBI qui a choisi de rendre le débat public. C'est ce qui a déclenché la publication de la lettre ouverte de Tim Cook.

Ensuite, on vient d'apprendre que l'iPhone en question n'était pas la propriété du terroriste, mais celle de son employeur (administration US), qui aurait fait une mauvaise manipulation, empêchant d'accéder aux informations qu'Apple a en sa possession. Apple indique ainsi que le mot de passe iCloud du compte associé à l'iPhone a été modifié dans les 24 h qui ont suivi la tuerie. C'est ce changement de mot de passe qui a en fait empêché d'utiliser une méthode déjà éprouvée pour récupérer des données depuis une sauvegarde iCloud, stockée sur les serveurs d'Apple. Apple aurait proposé son aide et ses ingénieurs pour progresser dans l'exploitation des données accessibles, mais le changement de mot de passe a stoppé les sauvegardes iCloud automatiques. Les données récentes n'ont du coup pas pu être récupérées.

Mais pas de théorie du complot à chercher pour autant à ce stade, la raison de ce changement de mot de passe semble être liée à une tentative de l'employeur du terroriste pour accéder au smartphone. Tentative qui outre le fait d'être restée infructueuse, a en plus amené à la situation actuelle. A savoir, la demande de créer un iOS permettant de pénétrer une machine encryptée, une première pour Apple.

Et c'est parti pour le show !

Entretemps, John Macafee, spécialiste de la sécurité américain bien connu a pris position aux cotés d'Apple (tout comme Google notamment) contre la création de cet iOS avec porte dérobée. Mais il a fait une proposition !

Il indique pouvoir en trois semaines arriver avec son équipe à cracker l'iPhone et qu'il le ferait gratuitement. Cela répondrait à la demande du FBI sans obliger à créer l'infâme porte dérobée. Il ajoute qu'il "mangerait sa chaussure à la télé si il n'y arrivait pas".

En parallèle, alors que la bataille pour l'investiture à la candidature présidentielle bat son plein, il n'en fallait pas plus pour que le républicain Donald Trump prenne une de ses positions tranchées dont il a l'habitude... Il a indiqué qu'il souhaitait un boycott des produits Apple tant que la firme à la pomme n'aurait pas permis l'accès aux données de l'iPhone du terroriste.

Pas à l'abri d'une contradiction, il se trouve,pour l'anecdote, qu'il a communiqué ensuite sur Twitter ... avec son iPhone. Pour se rattraper, il ensuite indiqué qu'il avait un iPhone et un Samsung et que désormais il utiliserait son Samsung.

Cette affaire n'est pas terminée, elle va continuer assurément de faire la une des médias US (et autres) sur fond de combat répété de certains dirigeants américains pour pouvoir disposer d'un accès aux données des smartphones cryptés. Un débat qui date de plusieurs années et devient désormais publique et politique.

Source

Vous aimez ? Partagez !