Plus précisément, ces batteries contiennent un composé chimique appelé le "triphenyl phosphate" séparé des composants par une membrane en plastique qui fond quand la température de la batterie atteint 150 °C, ce qui a pour effet d'éteindre immédiatement tout départ de feu en 0,4 seconde, montre en main.

Les chercheurs doivent encore effectuer des tests supplémentaires dans des conditions de surcharge et décharge complète de leur batterie anti-feu, avant que celle-ci ne soit commercialement exploitable.

En parallèle, LG, le concurrent coréen de Samsung, s'est senti récemment dans le besoin de communiquer sur la sécurité de ses smartphones en affirmant que les batteries de leurs smartphones sont soumises à de nombreux tests afin de prévenir tout danger pour ses utilisateurs.

Cette affaire des Galaxy Note 7 explosifs a entrainé une perte de confiance de la part des utilisateurs dans les produits de la marque Samsung avec même une migration partielle des clients du Note 7 vers l'iPhone 7 d'Apple.

Source, source

Vous aimez ? Partagez !