Les (gros) chiffres

C'est désormais une constante ces dernières années, Apple bat record sur record chaque trimestre.

Pas de suspense donc pour ce trimestre, qui affiche à la fois le meilleur revenu sur trois mois avec 75,9 milliards de dollars et le record également en termes de bénéfice à 18,4 milliards. Ceci est à comparer au même trimestre de l'année dernière au cours duquel les revenus et bénéfices étaient respectivement de 74,6 milliards et 18 milliards.

La marge brute repasse au-dessus des 40 % pour s'établir au très impressionnant 40,1 %, contre 39,9 l'an dernier. Les ventes hors US atteignent désormais les 2/3 du chiffre d'affaires de la société.

Évolution de la marge d'Apple ces dernières années :

graphique-ventes-iphone-annuels-2015-3.jpg

En pratique, il a été précisé que ces résultats ont été obtenus malgré une baisse forte du dollar dans plusieurs régions du monde, ce qui pénalise mécaniquement le chiffre d'affaires, même si Apple ajuste régulièrement ses prix, comme récemment sur l'App Store ou lors de la sortie des nouveaux modèles. À monnaie constante, les résultats auraient été, selon Apple, de 80,8 millions, soit une progression de 8 % d'une année sur l'autre. La Chine reste un marché de croissance pour Apple, qui se tourne également vers l'Inde.

Au final, Apple termine l'année avec un trésor de guerre de 216 milliards de dollars.

Mais voyons maintenant ce que signifient ces chiffres dans le détail, car ils masquent une réalité relativement différente selon les gammes de produits.

En ce qui concerne l'iPhone, le produit le plus important en termes de revenu pour Apple, ce sont 74,8 millions d'unités qui ont été vendus fin 2015, ce qui est très légèrement supérieur aux 74,5 millions de l'année précédente. Cette progression reste une bonne nouvelle alors que des doutes ont été exprimés plusieurs fois sur l'attrait des nouveaux 6s pour une année où les changements ne sont pas cosmétiques, mais internes. Dans les faits, ceci marque tout de même un arrêt de la progression vertigineuse connue ces dernières années en termes de volume d'iPhone écoulés. Le prix moyen d'un iPhone était sur cette période de 691 $, soit le plus haut historique.

Ces ventes représentent tout de même 34 000 iPhone écoulés par heure, jour et nuit pendant 3 mois.

Ceci se voit très bien sur ce graphique montrant les quantités de produits vendus (lignes orange) :

graphique-ventes-iphone-annuels-2015.jpg

Pour l'iPad, les mauvaises nouvelles se poursuivent et les ventes s'affichent une nouvelle fois en baisse d'une année sur l'autre. Malgré le lancement de l'iPad Pro, bien que ce dernier s'adresse plutôt à une niche (marché professionnel, graphistes), les ventes du trimestre passent de 21,4 millions en 2014 à 16,1 millions cette année (voir les lignes vertes sur le graphique ci-dessus).

Le Mac affiche également une baisse des ventes, passant de 5,5 millions d'unités l'an dernier à 5,3 millions. En pratique, ceci s'inscrit dans un marché des ordinateurs qui a affiché une baisse bien plus importante pour les marchands de PC que celle que connait Apple avec ses Mac. Le prix moyen d'un Mac était de 1270 $.

Pas de chiffres détaillés pour l'Apple Watch ou l'Apple TV, mais logiquement, avec le lancement de deux nouveaux produits en 2015, les ventes de la catégorie "autres produits" qui les intègrent atteignent un chiffre record de 4,3 milliards de dollars.

Les revenus de la branche "services" (iTunes et les apps) atteignent un record à 6 milliards de dollars.

Ceci donne la situation suivante en termes de répartition des revenus, avec l'iPhone qui reste très important pour Apple : graphique-ventes-iphone-annuels-2015-2.jpg

Dernières courbes, celle de l'évolution des prix de vente moyens par produit :

graphique-ventes-iphone-annuels-2015-4.jpg

Mais encore ?

On retient également les informations suivantes distillées durant la conférence qui suit l'annonce des résultats :

  • Tim Cook a indiqué que les clients d'Apple étaient fidèles (2 fois plus que la fidélité affichée à la marque suivante sur le podium, sans évoquer son nom), citant des taux de satisfaction mesurés à 99 % pour le 6s et 6s Plus, 97 % pour l'iPad Air 2
  • parmi les utilisateurs d'iPhone plus ancien que le 6 avant l'arrivée du 6s : 60 % n'ont pas (encore ?) acheté de nouveau modèle (les 40 % restant sont passés au 6, 6s/Plus).
  • la gamme de machines pour Apple est la suivante et ne devrait pas changer : des machines premiums ( 6s et 6s Plus), un milieu de gamme (6 et 6 Plus) et l'iPhone 5s en entrée de gamme
  • Très fort taux de "switchers" en provenance de machines sous Android, le plus haut taux atteint dixit Tim Cook
  • S'exprimant suite à une question concernant l'intérêt d'Apple pour la réalité virtuelle, Tim Cook a botté en touche, mais, indiqué qu'il ne pensait pas que c'était un marché de niche, que "c'était "cool" et que des utilisations pouvaient être intéressantes".

Enfin, Tim Cook a concédé que les ventes d'iPhone devraient s'afficher en baisse (une première !) au premier trimestre 2016. Néanmoins, malgré un contexte économique durci, Apple va continuer d'investir, notamment en R&D, avec de belles choses à venir ("great things in the pipeline" ... on n'en saura pas plus, bien entendu).

Sans que le sujet ait été évoqué, on sent bien que l'arrivée de l'iPhone 7 sera importante pour Apple et pourra peut-être relancer la croissance des ventes si c'est un succès, l'inverse aurait des impacts majeurs sur les résultats de l'entreprise, sans que cela soit critique tant la santé financière d'Apple est impressionnante.

Source, Source

Vous aimez ? Partagez !