Bouygues a réagi à cette publication information sans porter de précisions et en restant d'ailleurs plutôt flou sur le sujet :

"Bouygues étudie régulièrement les diverses hypothèses d’évolution du secteur des télécoms ; mais à ce jour il n’y a aucune discussion avec un autre opérateur et aucun mandat n’a été délivré à quelque conseil que ce soit."

Il n'empêche que selon le journal américain, le fonds d’investissement CVC Capital Partners, soit l’un des plus importants au monde, serait en discussion avec Bouygues au sujet d’une offre de ce dernier à l’égard d’Altice.

Le groupe Altice justement propriétaire de SFR depuis 4 ans, se trouve dans une mauvaise passe financière. Après avoir vu sa valeur boursière dégringoler il y a quelque temps, il affiche à ce jour plus de 50 milliards d’euros de dette.

Bouygues profiterait alors de cette position compliquée d’Altice et de sa faible valeur pour en réaliser l'acquisition. Ainsi, Bouygues et SFR fusionneraient pour former un "super opérateur" capable de concurrence à armes égales l’autre géant français, Orange.

Il faut toutefois prendre l’information de Bloomberg avec des pincettes et surtout mesurer qu’une telle opération financière, même en cas d’accord entre les deux partis, doit avant tout être validée par l’autorité de régulation de la concurrence. Car il est également là question d’un retour à 3 opérateurs en France.

Enfin, on se souvient des négociations qui ont eu lieu en 2016 entre Orange et Bouygues et qui n’avaient pas abouti.

Affaire à suivre, en tout cas.

Source

Vous aimez ? Partagez !