phishing-compte-icloud-piratages-mail-adresse-apple-2.jpgLe stockage à distance d’apple, iCloud, est désormais très étroitement intégré à iOS et sert pour de nombreux usages : le backup des machines bien entendu, mais aussi la transmission de données entre machines, le stockage des sauvegardes d’applications, la gestion des documents utilisées par les utilitaires ou même Homekit. Lorsqu’on l’utilise, on s’imagine que toutes les données que l’on transfère de manière volontaire ou automatique arrivent sur les serveurs d’Apple disséminés dans les différents centres de données du fabricant d’iPhone. Mais en pratique, la firme à la pomme ne dispose pas d’une capacité suffisante pour des besoins qui augmentent à chaque machine vendu et à chaque usage ajoutée à iCloud. Résultat, le cloud d’Apple fait appel à des serveurs … de concurrents !

C’est via un rapport concernant la sécurité (PDF) qu’Apple indique comment sont stockées certaines des données utilisées par iCloud. C’est ainsi l’architecture de Cloud "S3", pour "Simple Cloud Storage Service‎", d’Amazon qu’Apple a tout d’abord mis à contribution.

Plus récemment, c’est Google qui est devenu fournisseur d’espace de stockage pour le Cloud d’Apple avec son offre "Google Cloud Platform". Celle-ci remplace la solution Azure de Microsoft utilisée jusqu’alors.

Mais ce n’est pas parce que ces données sont stockées en dehors de chez Apple qu’elles sont pour autant plus à risque. C’est en effet uniquement de l’espace de stockage qui est loué par Apple et les données qui y sont déposées sont découpées en morceaux et chacun d’eux est chiffré pour ne pas être lisible par un tiers.

En parallèle, Apple qui possède ses propres "datacenter" aux US dans l’Oregon, an Californie ou au Nevada notamment a également prévu un investissement de près de 2 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros) en Europe, avec un centre en Irlande et un autre au Danemark.

Source

Vous aimez ? Partagez !

Ne manquez pas :

Ne manquez pas :