Découverte

Livré dans sa grosse boite en carton, l’objet est en réalité très très léger. Fait entièrement de polystyrène, certaines parties dont les ailes sont recouvertes d’une matière noire visant à le rendre plus robuste. Sur la partie avant de l’engin, un petit module en plastique attire l’oeil. C’est ici que se situe la batterie, mais également la puce Bluetooth qui permet de prendre le contrôle de l’avion depuis l’iPhone.

avion-4.jpg

La batterie se charge grâce à un port mini USB situé juste au-dessous de l’appareil. Au même endroit, on trouve l’interrupteur qui permet d’allumer ou d’éteindre entièrement l’avion.

Sur le dessus de cet avion se situe l’hélice, qui, une fois en marche va permettre à l’objet de s’envoler vers les cieux. Prévoyants, les fabricants ont pris soin d’inclure une seconde hélice dans la boite… on ne sait jamais ce qui peut arriver. À l’autre bout de l’appareil se situe le gouvernail relié au module Bluetooth et servo-moteur par un petit fil de cuivre. C’est lui qui permet de diriger l’appareil dans les airs.

avion-3.jpg

Prise en main

Maintenant que l’on a vu la bête sous toutes ses coutures, il est grand temps de la voir à l’œuvre. Pour commencer et comme c’est souvent le cas avec ce type de jouet, un petit tour sur l’App Store s’impose afin de récupérer la précieuse appli qui permet de prendre les commandes de l’avion.

avion-11.jpg

Au premier lancement et après avoir pris soin de recharger l’avion, l’application se charge de le connecter en Bluetooth à l’iPhone. Sur ce point tout s’est parfaitement bien passé. Ensuite et pendant plusieurs minutes, l’appli prépare l’avion pour son premier vol. Après cela, la mise en route est terminée. Plutôt simple !

Par la suite, il suffit de lancer l’appli pour que l’avion soit automatiquement détecté et prêt à s’envoler.

avion-5.jpg

En théorie, l’avion est particulièrement simple à piloter. Grâce à l’application, il est possible de le diriger, de le faire accélérer ou ralentir. Tout se fait à l’écran. La direction se règle tout simplement en inclinant la machine vers la droite, la gauche, le haut ou le bas grâce aux capteurs d'inclinaison. La manette des gaz située au centre de l’écran permet de gérer la vitesse de rotation de l’hélice et donc la vitesse de l'ensemble. L'avion est particulièrement réactif et je n'ai noté aucun temps de latence.

L'atterrissage est un peu plus délicat, surtout les première fois car il faut procéder de la même manière qu'avec un véritable avion. En premier, on baisse la manette de gaz avant de piquer du nez vers le sol et de redresser juste ce qu'il faut pour poser l'appareil en douceur. Autre possibilité qui demande un peut d'adresse, il est également possible de faire passer l'avion juste à côté de soi et de l'attraper au passage. Ca c'est la classe !

avion-6.jpg

L’appli donne également quelques infos très pratiques comme l’autonomie restante ou encore la force du signal Bluetooth. À ce titre et selon mes tests, l’avion répond encore à une bonne vingtaine de mètres de distance.

En pratique, au moins les premières fois, les choses sont plus corsées qu'imaginé initialement. Pour que l’avion s’envole, il est nécessaire de le lancer un peu comme on le ferait avec un avion en papier. Une fois dans les airs, l’appareil répond parfaitement et l’on se prend à jouer les pilotes. Au départ, l’avion se pilote avec prudence, mais au fur et à mesure que l’on prend de l’assurance, le plaisir est là.

Évidemment mieux vaut s’amuser en zone dégagée et avec le moins de vent possible, mais rapidement on s’amuse vraiment avec ce petit engin. Malheureusement et comme souvent avec ce type d’accessoire contraint en terme de poids embarqué, le plaisir est de courte de durée et selon la vitesse choisie et le temps passé à planer, il excèdera rarement 10 à 15 minutes.

Pour le découvrir, voici une vidéo (elle n'est pas de nous)

Conclusion

Si à l’usage, l’avion se révèle être très agréable à piloter, c’est sa conception qui inquiète un peu plus. Le module Bluetooth apparait bien protégé par sa coque plastique, mais il est relié au gouvernail par un simple fil de cuivre recouvert d’une bande adhésive. Si pendant la durée du test cela n’a pas posé de problème, il faudra voir avec le temps si l’objet reste toujours aussi réactif.

avion-9.jpg

Pour le reste, voilà un jouet sympa pour celle et ceux qui ont envie de s’amuser dans les airs. Vraiment simple à mettre en route et à piloter, il ne fait aucun doute que les petits comme les grands devrait prendre plaisir à se mettre aux commandes. Une fois expert, on se prend même à le sortir lorsque le temps ne s’y prête pas, simplement pour voir si l’on va réussir à dompter les éléments.


A lire aussi


Vous aimez ? Partagez !