Le joueur contrôle un petit vaisseau armé qui doit progresser dans l’espace intersidéral et résister aux vagues d’ennemis apparaissant de toute part de l’écran. Il faut alors éviter leurs projectiles tout en tirant continuellement pour arriver à éliminer la moindre menace.

Les contrôles se font par glissement de doigt sur l’écran. Pas de joysticks virtuels à utiliser, le simple fait de poser le pouce gauche sur l’écran et d’incliner le doigt permet de gérer le déplacement du vaisseau. Avec le pouce droit, un appui sur l’écran permet de tirer. Changement d’armes et utilisation de bonus sont également de la partie.

steredenn-jeu-shooter-ios-retro-francais-4.jpg

Dès le premier niveau d'ailleurs, le joueur est plongé dans le vif du sujet, avec déjà pas mal d’ennemis qui débarquent pour trouer la carlingue de sa navette. Il faut alors réagir vite et prendre le rythme pour éliminer un maximum d’adversaire. En fin de niveaux, des boss viennent compliquer la bataille.

steredenn-jeu-shooter-ios-retro-francais-2.jpg

En chemin, on peut récupérer des armes et bonus pour créer des combos assez dévastateurs. 35 armes composent l’arsenal de Steredenn et 25 améliorations. Des centaines d’ennemis différents forment le bestiaire du jeu, en plus des 13 boss de fin de niveau.

À noter que le jeu fonctionnel en mode procédural, c’est-à-dire que chaque niveau est généré aléatoirement. La rejouabilité est de ce fait très bonne, puisque’il est quasi impossible de refaire deux fois un même niveau.

steredenn-jeu-shooter-ios-retro-francais-1.jpg

Côté graphique, tout est très bien fait. Côté audio, la bande-son et musique participe à créer une ambiance futuriste avec un style nerveux et accrocheur. Le tout est efficace et tient la route.

Steredenn est au final un jeu de tir et d’action très nerveux, très bien ficelé et à la réalisation maitrisée. Les bonus, changement d’armes et la génération aléatoire des niveaux permettent de ne pas s’ennuyer.

Un regret en revanche, l’incompabilité du jeu avec la manette MFi Mad Catz C.T.R.L.i, testée ici, alors que le jeu indique bien être compatible avec les manettes. On aurait aimé pouvoir y jouer avec un tel gamepad. Peut-être est-ce un bug et que cela pourra être corrigé dans une future mise à jour, espérons.

À saluer finalement, les nombreuses traductions du jeu, dont le breton. Ceci, ajouté au style très celtique du nom du jeu et au fait que le studio soit basé à Rennes, laisse à penser à une certaine fierté des développeurs pour leur bien belle région…

Vous aimez ? Partagez !