soulcag.jpg Renversant. Voilà, c’est dit : Soulcalibur sur iPhone et iPad est renversant.

Cette première fidèle adaptation d’un jeu de baston 3D sur iOS arrache la mâchoire, décolle les rétines, explose les neurones et achève à grand coup d’épée dans la tronche le pauvre joueur méfiant qui ne s’imaginait pas voir ça sur son smartphone ou sa tablette. Adaptation “fidèle” car, faut-il le rappeller, Street Fighter 4 a été converti en 2D et ne bénéficie toujours pas de graphismes Retina à ce jour. Honte à Capcom soit-dit en passant. Pour Soulcalibur en revanche, on peut aller lancer des pétales de rose sur Namco, qui s’est lâché : graphismes rehaussés, adaptation en 16/9 sur iPhone, tous les personnages, tous les décors, tous les effets magnifiques, les musiques démentielles et même la maniabilité tactile crainte est au final de qualité. Et en plus c’est une application universelle compatible iPhone et iPad qui ne nécessite pas de repasser par la caisse (ceci dit à ce prix là …). Une claque, une vraie, une date dans les jeux vidéos sur iOS. Et la meilleure adaptation à ce jour de ce chef d’oeuvre après la version Dreamcast (au prix d’une incompatibilité avec certaines machines, voir ci-dessous). Paf.

Notre test détaillé dans la suite :

Est-il nécessaire de présenter Soulcalibur ? Bon, pour ceux qui ne connaissent pas un rappel s’impose. Les autres, passez au paragraphe suivant.

Il s’agit donc d’un jeu de combat en 1 contre 1, “à la street fighter”, par une équipe de japonais dont les tables de bureaux sont voisines à celles de l’équipe Tekken chez Namco. Sorti en 1998 en Arcade, SoulCalibur fait suite à Soul Edge (ou Soul Blade en Europe), autre chef d’oeuvre de combat à l’arme blanche sorti sur Playstation 1 en 1996. SoulCalibur est alors adapté en exclusivité sur la nouvelle console de Sega : la Dreamcast. Cette console surpuissante permettait d’afficher des graphismes d’une finesse encore excellente aujourd’hui, là où la Playstation 2 proposait un peu trop d’effets d’escaliers sur les polygones composant les personnages et décors de ses jeux. Le choix de Namco était fait. Il changera avec SoulCalibur 2 quelques années plus tard, la Dreamcast ayant passé l’arme à gauche et les progrès en programmation sur PS2 permettant d’éviter dorénavant ces déboires graphiques. Bref. Soulcalibur 1 n’est sorti à ce jour que sur Dreamcast, si on excepte une adaptation pas très réussie sur X-Box Live il y a quelques mois. Mais surtout, nombreux sont les purs et durs à clamer que SoulCalibur 1 est le meilleur épisode de la saga. Pourquoi ? Parce que c’est l’épisode le plus épique, le plus magique, le plus lyrique même. Le 2 et le 3 sont très bons mais en deçà du 1 et cèdent aux sirènes de graphismes un peu trop flashys. Soyons francs : une esthétique un peu ringarde s’est installé d’épisode en épisode à partir du 2. Le quatrième tirera la timbale, avec l’esthétique la plus décevante de la saga, mais aussi un Yoda et un Dark Vador aussi appropriés à cet univers que le serait un rayon mariage à la Fnac, et, le pire, une jouabilité allourdie, perdant toute souplesse, les personnages semblant porter des semelles de plomb aux chaussures. On vous rassure : on a longuement joué au cinquième épisode (prévu début février sur X360 et PS3) et il a bien l’air de corriger ces défauts.

soulca1.jpg

Il était temps qu’une nouvelle adaptation de SoulCalibur voit le jour pour rendre hommage au jeu. Est-ce la version iPhone et iPad ? A 99%, oui. Le 1% faisant défaut concerne bien évidemment la maniabilité, qui, si elle s’avère très réussie pour du tactile, manque forcément de la précision maladive qu’on peut obtenir des boutons d’un vrai joypad. C’est dit. Néanmoins SC reste très agréable à jouer et l’on s’est pris à coller des Perfect en mode difficile contre des adversaires techniques. De fausses manips sortent de temps en temps et c’est bien sûr énervant, mais nous sommes à mille lieux de la rigidité d’un Street Fighter 4 sur iOS.

soulca1.jpg

Ce défaut accepté, pour le reste c’est la fête : la définition des graphismes a été considérablement rehaussé par rapport à la version Dreamcast ou Arcade, apportant une finesse inouïe à un jeu qui a toujours été esthétiquement magnifique (couleurs, design des personnages, décors, etc). On retrouve en plus les musiques épiques de la version originale, qui s’écoutent avec toujours autant de plaisir, ainsi que l’inoubliable voix-off commentant les débuts et fins de combat. Les 10 personnages principaux sont là, avec 9 autres à débloquer en finissant le jeu plusieurs fois. Les 60 images/seconde sont là (et peuvent justifier que le jeu ne fonctionne que sur les dernières machines). Les fins pour chaque perso réalisées en dessin sépia sont aussi là. Les modes Survival, Super Survival, Entraînement et Time Attack sont là. Et surtout l’incroyable profondeur de gameplay reste inchangée, composée de très nombreux coups spéciaux et surtout d’innombrables enchaînements des personnages à maîtriser.

soulca1.jpg

Au rang des petits sujets qui fâchent mais que nous allons (pour le moment) pardonner, on notera l’absence des trois modes “Versus”, “Team Battle” et "Mission Battle" d’origine, autrement dit des modes “2 joueurs” et du mode quête. Oui mais Namco promet que “de nouveaux modes” arriveront très bientôt en MAJ et on se doute bien qu’il s’agit de ceux là. Autre sujet qui fâche : le prix. Soit 9.99€ en tenant compte d’une promo de 20% pour les premiers jours. Autant dire que le jeu va monter rapidement à 11.99€. Les trolls de l’App Store vont bien sûr s’empresser de hurler au vol, arguant qu’un jeu aujourd’hui ne doit pas coûter plus de 5€, faisant toujours autant rire les vrais joueurs, ceux qui mettent 70€ dans des jeux aux ambitions un peu plus élaborées qu’un Angry Birds. C’est toujours les mêmes, c’est toujours fatiguant. Comment leur expliquer qu’un jeu âgé de dix ans peut valoir ses 12€ ? C’est bien simple : tout aussi sympathique et même génial que soit Angry Birds, il s’agit d’un petit jeu programmé très facilement (déjà vu maintes fois, faut-il le rappeler) et qui ne soutient pas une seule seconde la comparaison avec SoulCalibur pour quiconque est un tant soit peu gamer. Ce n’est pas la même chose. C’est tout. C’est comme si on comparait un McDo avec La Tour D’Argent : on peut adorer le McDo sans pour autant aller célébrer ses 50 ans de mariage là-bas. Un vrai jeu de combat comme Soulcalibur a une saveur qui mérite une valeur, même dix ans après.

soulca1.jpg

On aime :

  • Graphiquement éblouissant.
  • 60 images/seconde. Ca claque.
  • La meilleure version depuis celle sur Dreamcast sorti en 1999.
  • Plus beau que sur Dreamcast car rehaussé graphiquement !
  • Le meilleur épisode de toute la saga. En attendant peut-être le 5.
  • Maniabilité tactile répondant très bien.
  • Les 19 personnages bien présents.
  • La profondeur de gameplay est toujours là, avec tous les enchaînements à apprendre.

    On aime moins :

  • Il manque le mode 2 joueurs et le mode Team Battle. Mais Namco promet une MAJ avec de “nouveaux modes” bientôt, donc..
  • Il manque aussi l’excellent mode "Mission Battle" (aventure) de la version Dreamcast. MAJ ?
  • La maniabilité au tactile sur un jeu de baston ne vaudra jamais celle à la manette.
  • Il manque les sous-titres français pendant les joutes verbales des personnages. Dans la prochaine MAJ ?

    IMPORTANT : Le jeu n’est pas compatible avec l’iPad 1, l’iPhone 3GS, l’iPhone 3G, l’iPhone 1ère génération et les iPod Touch de 1ère, 2nde et 3ème génération. Un choix évident de l’éditeur pour garder une animation à 60 images/seconde.

soulca1.jpg
soulca1.jpg
soulca1.jpg

Vous aimez ? Partagez !

Partenaire

Shakes et Fidget : un super jeu de rôle dans une ambiance style bande dessinée humoristique et satyrique, tout en Français. Acceptez les quêtes, gagnez les combats et rejoignez une guilde, noté 4,6 étoiles !, gratuit ici Shakes et Fidget iPhone et iPad est gratuit ici