Tout est parti d'informations en provenance de sous-traitants et fournisseurs d'Apple en Asie. Leurs résultats de fin d'année en baisse pour certains de 30 % d'un mois sur l'autre étant initialement attribués à une baisse des commandes de la firme à la pomme pour son dernier modèle de smartphone. De son coté, Foxconn, l'assembleur d'Apple pour l'iPhone aurait réduit le temps de travail durant une période habituellement propice aux heures supplémentaires. En parallèle, le gouvernement local a subventionné Foxconn à hauteur de 12 millions d'euros, un moyen lié toujours d'après les rumeurs, à une volonté de limiter des licenciements.

En fait, ces différents éléments ont ensuite semblé pouvoir être expliqués autrement que par les commandes uniquement liées à Apple (décalage de production et prime lié à une assurance)

Face à ces rumeurs. De nouveaux indices apparus en fin de semaine suggèrent que la situation n'est pas du tout aussi mauvaise, voire même plutôt bonne, pour l'iPhone 6s/Plus.

En effet, d'après Fiksu, une société américaine qui analyse les parts de marché via les statistiques d'utilisation d'apps mobiles, les chiffres d'adoption de l'iPhone 6s contredisent ces rumeurs de baisse de production de l'iPhone.

taux-adoption-iphone-q1-2016-1.jpg

Ainsi, Fiksu, qui suit les statistiques d'utilisation des 50 apps les plus populaires comme Facebook ou Twitter, note que 100 jours après leur sortie, l'iPhone 6s et 6s Plus représentaient 13% des iPhone utilisés.

taux-adoption-iphone-q1-2016-2.jpg

C'est moins que le pourcentage (21 %) atteint par l'iPhone 6 l'an dernier pour la même période, mais c'est plutôt normal si l'on considère que le nombre d'iPhone en circulation est plus bien important en 2015 qu'en 2014, avec 231 millions d'iPhone vendus pour l'année 2015, faisant mécaniquement baisser les pourcentages.

Les données de Fiksu ne plaident donc pas en faveur d'une adoption de l'iPhone 6s/6s Plus qui aurait plongé ou stagné. Au contraire, on observe une régulière, mais lente progression des ventes depuis le lancement du dernier modèle.

En conclusion, beaucoup de bruit et d'affolement pour pas grand chose, la bourse jouant à se faire peur et guettant le moment ou l'on aura atteint le "pic iPhone". Ce sommet qui précède une lente descente ou stagnation des ventes après une croissance continue de ces dernières années inquiète les possesseurs d'actions Apple, car il représente 70 % du chiffre d'affaires de la firme à la pomme.

Pour avoir une réponse ferme et officielle, il suffit désormais d'attendre le mardi 26 janvier, date de l'annonce par Apple de ses résultats financiers pour le dernier trimestre 2015, période importante puisqu'elle tient compte des ventes des fêtes de fin d'année.

Source

Vous aimez ? Partagez !