Ces informations proviennent d’un nouveau rapport de Bloomberg signé Mark Gurman, grand spécialiste de la firme à la pomme toujours bien informé d'ailleurs. Ce dernier indique en effet, selon des personnes très proches de la firme californienne, que cette dernière serait actuellement aux premières étapes du projet "Kalamanta", qui correspond en fait à "l’abandon des puces Intel pour les Mac" et à l’utilisation de processeurs maison ARM.

Cela offrirait plusieurs avantages à la société californienne, comme la possibilité d’apporter de nouvelles fonctionnalités à ses processeurs pour ainsi se démarquer de la concurrence, mais aussi le fait de ne plus dépendre de la feuille de route d'Intel, qui fournit des processeurs depuis quelques années pour les Mac, comme les i5 et i7 de 7e génération actuellement.

Apple pourrait alors renouveler ses Mac avec de nouveaux processeurs selon son propre rythme, sans avoir à attendre les nouveautés Intel. Aussi, à l’instar d’iOS, qui profite déjà de processeurs Apple sur iPhone et iPad, l’optimisation entre les composants du Mac et macOS serait améliorée en passant à un processeur maison, notamment pour une meilleure gestion de l’énergie et donc de l’autonomie des appareils.

Enfin, les rumeurs se font de plus en plus persistantes à propos d’une nouvelle plateforme à venir cette année, au nom de code Marzipan, qui pourrait permettre à des apps iOS de fonctionner sur macOS et inversement. L’utilisation de processeur maison sur Mac pourrait évidemment simplifier cette unification des deux systèmes.

Toujours est-il qu'il faudrait attendre 2020 pour voir de premiers Mac être équipés de processeur Apple. Entre temps, la firme de Cupertino devrait renouveler ses iMac et MacBook Pro avec des puces Intel de 8e génération cette année, alors qu’un nouveau Mac Pro, grandement attendu dans monde Pro, mais pas que, pourrait pointer le bout de son nez en 2019.

Source

Vous aimez ? Partagez !