Pour rappel, les services fédéraux américains aimeraient bien qu’Apple crée un moyen d'accès dans iOS de manière à pouvoir accéder à tout le contenu de l’iPhone du responsable de la fusillade. La firme à la pomme a répondu ne pas vouloir créer un OS pour cela, le risque de dérive serait trop élevé, qualifiant cette hypothétique backdoor de véritable cancer pour l’iPhone.

icloud-apple-cryptage-4.jpg

En parallèle, iCloud reste jusque là le seul accès possible à des données sensibles dans le cadre d’enquêtes criminelles. Mais la firme à la pomme pourrait rendre cela caduc, en mettant en place une nouvelle manière de chiffrer les données stockées sur iCloud par les utilisateurs.

Ainsi, à la manière des données de l’iCloud Keychain, toutes les données sur iCloud ne seraient visibles que par l’utilisateur lui-même ou plus précisément par le possesseur du mot de passe du compte. Car pour le moment, Apple peut toujours techniquement y avoir accès sous demande du gouvernement (comme cela a été le cas dans le dossier de Bernardino).

Si cela s’applique bientôt, l’iPhone sera complètement fermé et toutes ses données, ainsi que celles d’iCloud ne seront pas décodables, même par la firme à la pomme elle-même.

Alors que la prochaine audition d'Apple dans le cadre de la demande du FBI aura lieu mardi prochain, on apprend qu'Apple a récemment embauché George Stathakopoulos, qui était en charge de la sécurité des données chez Amazon. Sous la direction directe du responsable financier d'Apple, il est en charge désormais de la sécurité des ordinateurs et systèmes de développements internes d'Apple, ainsi que du stockage des données clients (iCloud).

Source

Vous aimez ? Partagez !