4g-janv-2016-3.jpgLe président de l’autorité des régulations des télécoms de France, plus connu sous l’acronyme ARCEP a récemment été interviewé par le journal Le Monde. À cette occasion, il a discuté des efforts réalisés l’année passée par les opérateurs français en matière d’investissement, et a affirmé ne plus tenir une position aussi fermée qu’en 2016 sur une possible fusion de deux grands opérateurs. Cette affirmation tombe quelques semaines après une rumeur provenant de chez Bloomberg, selon laquelle Bouygues Telecom voudrait mettre la main sur SFR. Tout cela indiquerait un retour possible à 3 opérateurs majeurs en France, dans les mois ou année à venir :

Sébastien Soriano, président de l’ARCEP a en effet indiqué qu’en 2016, il rejetait toute volonté de fusion d’opérateurs, voulant les pousser à l’époque à prioriser leur mission d’investissement.

Et les efforts de l’ARCEP ont payé, puisqu’en 2017, Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom ont investi au total 9,6 milliards d’euros, hors achat de fréquences, ce qui reste un record en la matière.

investissements-operateurs-2017-source-arcep.jpg

Respectant donc la majorité de leurs engagements, les opérateurs pourraient être autorisés par l’ARCEP à s’arranger dans le cas d’une volonté de fusion de deux d’entre eux. Malgré tout, et Sébastien Soriano le précise bien, une telle opération devrait être bénéfique pour le pays et les utilisateurs, et pas seulement pour les actionnaires.

On imagine bien que le président veillera bien à cela avant de voir Bouygues racheter SFR par exemple, ou naitre un autre type d’alliance entre deux concurrents du moment.

Reste que l’association Bouygues-Altice est la plus probable à ce jour, étant donné les informations livrées par Boomberg le mois dernier.

Source

Vous aimez ? Partagez !

Ne manquez pas :

Ne manquez pas :