Sébastien Soriano, président de l’ARCEP a en effet indiqué qu’en 2016, il rejetait toute volonté de fusion d'opérateurs, voulant les pousser à l’époque à prioriser leur mission d’investissement.

Et les efforts de l’ARCEP ont payé, puisqu’en 2017, Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom ont investi au total 9,6 milliards d’euros, hors achat de fréquences, ce qui reste un record en la matière.

investissements-operateurs-2017-source-arcep.jpg

Respectant donc la majorité de leurs engagements, les opérateurs pourraient être autorisés par l’ARCEP à s’arranger dans le cas d’une volonté de fusion de deux d’entre eux. Malgré tout, et Sébastien Soriano le précise bien, une telle opération devrait être bénéfique pour le pays et les utilisateurs, et pas seulement pour les actionnaires.

On imagine bien que le président veillera bien à cela avant de voir Bouygues racheter SFR par exemple, ou naitre un autre type d’alliance entre deux concurrents du moment.

Reste que l’association Bouygues-Altice est la plus probable à ce jour, étant donné les informations livrées par Boomberg le mois dernier.

Source

Vous aimez ? Partagez !