Tout ceci rentre dans les plans établis en fin d’année dernière et en début de cette année, concernant la couverture obligatoire en 4G des zones peu densément peuplées en France. Ainsi, d’ici janvier 2017, 40 % de ces zones doivent être couvertes par les opérateurs titulaires de fréquences dans la bande 800 MHz (Orange, Bouygues Telecom et SFR). Free, ne disposant pas de ce type de fréquence est tenu de couvrir 50 % de la même population d’ici janvier 2022 en bande 700 MHz.

arcep-observatoire--2.jpg

Mais au moment des comptes, les écarts se sont creusés.

Alors qu’Orange annonçait être à 33 % au 1er janvier 2016, Bouygues n'atteignait que 12 % et SFR 8 %. Alerte roge pour ces deux opérateurs qui devront donc mettre les bouchées doubles pour tenir leurs engagements.

Des rapports trimestriels sur l’avancée du programme de couverture réalisés suite à des contrôles réguliers sur le terrain seront désormais publiés, afin qu'un maximum d'utilisateurs puisse avoir accès à des débits mobiles conséquents.

Source

Vous aimez ? Partagez !