En effet, l’été dernier a été marqué par les déboires rencontrés par le smartphone Note 7, qui avait une tendance à prendre feu en pleine utilisation, ou même en veille. La cause a été trouvée récemment suite à une enquête menée par Samung : l’utilisation de batterie de taille inadéquate par rapport au boitier de l’appareil, voir le détail ici.

Dans la nouvelle affaire qui secoue le groupe coréen, il est question d’échanges illégaux entre certains responsables politiques et quelques grandes entreprises du pays (Samsung, LG et Hyundai, entre autres). Plus précisément, des arbitrages de réglementation auraient été mis en place en faveur de ces sociétés, en contrepartie de donations à des fondations créées par la présidente du pays et dont elle aurait détourné l’argent à des fins personnelles.

Lee Jae-yong, vice-président de Samsung, fils du président Lee Kun-Hee et donc héritier direct de la direction du groupe a été visé dans le cadre de l’enquête, qui a lieu en ce moment sur cette affaire d’ampleur nationale. Il est accusé d’avoir versé plusieurs dizaines de millions à une proche de la présidente, en contrepartie de certains privilèges.

Il est actuellement en détention provisoire en attente de la décision de justice. Cela a bien évidemment un effet direct sur les affaires du groupe Samsung, comme le soulignent certains analystes. D’une part, c’est un nouveau coup pour l’image de la marque, d’autre part, les investissements du groupe pourraient être retardés dans l’attente de la résolution de l'affaire, sans oublier une influence sur la bourse et l’action de la société.

Après une année 2016 déjà difficile, 2017 ne débute pas sous les meilleurs auspices pour Samsung.


À lire également :

Source

Vous aimez ? Partagez !