Déballage

À accessoire étonnant, emballage étonnant et c’est dans une sorte de petite boite à chapeau qu’est livré le QX10 de Sony. Celle-ci rappelle les caractéristiques principales de l'objectif à savoir son capteur 18.2 Megapixel et son zoom optique x10. Il suffit de faire glisser la partie supérieure pour voir apparaitre l'objectif.

En dessous, on trouve la notice ainsi qu’un cordon mini USB qui permettra de recharger la batterie de l’appareil. L’adaptateur secteur n’est pas fourni, mais celui de l’iPhone fait parfaitement l’affaire.

sony-test-1.jpg

À première vue, l’objectif ressemble à un appareil photo amputé de son boitier. L’ensemble est fait de plastique blanc un peu brillant et semble assez épais. Après avoir retrouvé ma règle préférée, je peux affirmer qu’il fait 4 cm d’épaisseur pour 6 cm de diamètre environ. Cela peut paraitre beaucoup, mais n’oublions pas que Sony a dû caser dans ce petit boitier tout ce que l’on trouve habituellement dans un appareil compact, batterie comprise.

sony-2.jpg

Sur le tour du QX10, on trouve 3 boutons : le premier pour mettre en marche et éteindre l’appareil, un second pour zoomer et le dernier pour déclencher la prise de vue. C’est tout. Sur l’un des côtés, une petite trappe dotée d’une attache en plastique un peu légère permet de brancher le câble mini USB. Difficile à remettre en place, j’ai un peu de mal à imaginer qu’elle tienne bien longtemps sans un maximum de précautions pour la manipuler.

sony-311.jpg

sony-test-2.jpg

De l’autre côté, un minuscule écran LCD permet de voir l’état de la batterie. Une fois de plus c’est assez dommage, car l’écran est tellement petit que je ne l’avais même pas remarqué tout de suite. De plus il est bien souvent assez difficile à lire. Un petit effort aurait été apprécié pour cet écran, et sinon, pourquoi ne pas afficher cette donnée à l’écran ?

sony-4.jpg

Mise en route

Maintenant que nous avons fait le toujours de cet étrange accessoire, je suis certain que vous mourrez d’impatience de savoir comment il fonctionne. Et bien vous n’allez pas être déçu…

C’est par le WiFi que les deux compères vont pouvoir communiquer. Vous l’avez compris, pas question de vouloir jouer la carte de l’instantanéité ici, il va falloir plonger dans les menus de l’iPhone pour connecter l’objectif. A noter, le QX10 est compatible NFC pour faciliter la connexion sur les smartphones Android, mais l’iPhone lui ne l’est pas.

Avant cela, il faut télécharger l’application adéquate. Ensuite, il s'agit de se rendre dans les réglages de l’iPhone afin de se connecter au réseau WiFi créé par l’appareil. À la première connexion, il faut entrer le mot de passe que l’on trouve sur la couverture de la notice. Ensuite, retour vers l’application.

On note que lors de chaque mise en route, il faut veiller à déconnecter l’iPhone du réseau WiFi de la maison pour le connecter à celui de l’objectif, ce qui, même pour un utilisateur averti prendra plusieurs secondes (mais pas besoin de rentrer le mot de passe à chaque fois !).

sony-21.jpg

Utilisation

Une fois l’iPhone et l’objectif connectés, il est enfin possible de s’amuser.

L’objectif est doté de deux ‘pattes’ extensibles lui permettant d’être accroché à l’iPhone. Dans ce cas, l’ensemble devient assez lourd et déséquilibré, mais procure la sensation d’utiliser un véritable appareil photo numérique. Mais l'accrocher à l'iPhone n’est pas du tout obligatoire et, je dois bien avouer, à l'usage c’est finalement lorsqu’il n’est pas attaché à l’iPhone que cet objectif est le plus intéressant à utiliser.

objectif-sony-iphone-1.jpg

Dans ce cas, on se trouve avec un étonnant dispositif qui permet d’un côté de viser et de l’autre de visionner. Au premier abord c’est même assez déroutant, mais l’on s’habitue assez rapidement et cela permet de prendre des clichés différents de ceux auxquels on est habitué, par exemple lorsqu’il s’agit d’autoportrait.

Cependant, après un paramétrage qui paraitra peut-être délicat à certains, c’est à l’application qu’il va falloir se frotter. Si vous rêvez de nombreux réglages et de nombreuses options de personnalisation, alors cet objectif ne répondra pas à vos attentes. En effet, dans un souci de simplification à l’extrême, Sony n’a prévu que 3 modes de prise de vue : Automatique, Automatique Supérieur et Automatique Intelligent.

sony37.jpg

Tant qu’à ne rien pouvoir ajuster à part la balance des blancs, autant opter pour le mode intelligent. L’objectif s’occupe alors de tout ajuster : luminosité, type de prise de vue et j’en passe et l’on voit les icônes correspondantes clignoter sur le côté de l’écran. Le résultat est généralement assez satisfaisant.

L'objectif permet également de filmer, pour cela, il est nécessaire d'y glisser une carte mémoire au format micro SD.

L’appli propose également quelques options comme un retardateur ou le choix de sauvegarder sur l’iPhone ou sur la carte mémoire. On regrette qu'il faille patienter plusieurs secondes entre deux clichés, car l'objectif envoie via WiFi les données à l'iPhone.

sony-38.jpg

Dans le cas de la sauvegarde sur carte mémoire, si cela permet d'alléger la mémoire interne de l'iPhone, il n'est plus possible de faire des retouches rapidement sur le smartphone et l'on perd du coup l'intérêt de l'accessoire. Important à préciser également, pour le moment, seule l'appli officielle de Sony est compatible. Impossible donc d'utiliser l'objectif directement depuis Instagram ou ses autres applis photos préférées. Néanmoins, Sony a ouvert son API aux développeurs à la fin 2013. Reste à espérer qu'ils suivent ...

Avec l’objectif QX10 Sony tente d’améliorer la photo mobile sans pour autant la compliquer et, mis à par la connexion WiFi expliquée précédemment, le pari est réussi pour peu que la luminosité soit bonne, car, malheureusement il n'est prévu de flash sur l’objectif. Lorsque toutes les conditions sont réunies, alors le QX10 réalise de belles photos. Les couleurs sont belles et l’on observe beaucoup moins de grain qu’avec l’iPhone lorsque l’on agrandit l’image.

Voici par exemple un cliché pris avec l'objectif Sony :

sony-22.jpg

et presque le même avec l'appareil photo de l'iPhone 5 :

sony-23.jpg

D'autres photos prises avec l'objectif dans différentes situations :

En extérieur : sony-41.jpg

Au même endroit avec le zoom au maximum : sony-42.jpg

et en intérieur avec plus ou moins de luminosité : sony-43.jpg
sony-44.jpg

Conclusion

sony-test-2.jpg Si l’idée d’apporter un complément à l’appareil photo de l’iPhone tout en utilisant ce dernier pour la retouche, l'envoi et tout ce qui tourne autour de l'utilisation des clichés est bonne, il faut bien avouer qu’en pratique la solution de Sony s’avère finalement assez fastidieuse à utiliser.

L’iPhone à en effet du succès en tant qu’appareil photo justement parce qu’il est à portée de la main, toujours prêt à saisir l’instant présent. Avec l'accessoire proposé par Sony, il faut se connecter au réseau WiFi puis lancer l’application avant de pouvoir déclencher : il est facile d’imaginer que l’instant à saisir est déjà loin.

Néanmoins et c’est indéniable, l’objectif de Sony réalise des photos de qualité supérieures à celles de l’iPhone. Logique : il est doté d’un capteur digne d’un compact. Mais c’est lors de cette comparaison que le bas blesse. En effet, compte tenu du prix et de l’absence de possibilités de réglages, un appareil compact pourrait tout aussi bien faire l'affaire. Dans ce cas, on perd néanmoins la possibilité d’éditer, de retoucher et partager en quelques clics depuis l’écran de l’iPhone. C’est donc probablement là que se trouve le public du QX10 : des utilisateurs de ‘photo sociale’ qui ont envie d’améliorer la qualité de leurs prises de vue. Pour eux cet accessoire hybride est un petit appareil pratique qui tient dans la poche et que l’on peut sortir en cas de besoin pour prendre ses amis ou se prendre soi-même en photo avant d’envoyer le tout vers Facebook, Instagram, Snapchat et j’en passe.

Le pari technologique de Sony doit être salué, l'idée est très intéressante et innovante, mais reste limitée et finalement bridée par l'application. Mais on a envie d'y croire et d'espérer que de prochaines versions de l'application et/ou de l'accessoire pourront améliorer l'utilisation.

A noter, une version à l'optique plus performante est également proposée par Sony, il s'agit du QX100 doté d'un objectif Carl Zeizz , il est vendu ici au prix de 336 euros


A lire aussi


Vous aimez ? Partagez !