Suivez-nous

Actualités

Les nouvelles régles Apple signent la fin d’une appli de vente et lecture d’eBook : première d’une série ?

Il y a

le

Vous n’êtes sans doute pas passé à côté de la
nouvelle politique d’Apple dont
on a  parlé ici lorsqu’elle a été annoncée en février dernier
. Elle
concerne les contenus vendus dans les applications et donc en
particulier les livres et les magazines.

Pour faire simple, les éditeurs, quels qu’ils soient, doivent, lorsqu’ils
vendent via les applications iOS reverser des royalties à Apple, en
l’occurrence 30 % du prix payé par l’acheteur. Mais surtout, à partir de fin
Juin, ils auront l’obligation de proposer les même offres (ou moins
cher) dans l’application
que ce qu’ils proposaient jusqu’alors 
en dehors de l’application, par exemple via leur site.

En bref, pas facile pour les éditeurs qui ont un bénéfice égal ou
inférieur aux 30 % reversés
, ceci concernerait 90 % des ebooks vendus,
les obligeant à vendre à perte.

L’un d’entre eux "Beamit Software" a ainsi pris une mesure radicale et a
décidé d’arrêter le développement de son appli iPhone et de fermer son
service
.

L’application Iflow Reader, un lecteur d’ebooks pour iOS a du coup cessé
d’exister

L’un des membre de l’équipe, raconte ici que c’est à contre
cœur qu’ils ont pris cette décision pourtant, avec ces 30%, seule la pomme peut
faire du bénéfice. C’est une équipe de 5 personnes au total qui jette l’éponge
et un million de dollars d’investissement. Pourtant, impossible pour eux de
continuer à vivre en versant près d’un tiers de leur recette et 100 % de leur
marge à Apple…

Quoi qu’il en soit, cette nouvelle politique reste un sujet
sensible
dont on a pas encore vu l’impact dans sa globalité. Il sera
notamment intéressant  de voir ce que vont faire des gros acteurs
comme Amazon et Barnes et Nobles
, sachant que la mise en œuvre de la
nouvelle règle approche maintenant rapidement.

On note en parallèle  que l’autre inquiétude des éditeurs (plutôt du
coté des magazines) liée à la perte du contact direct avec leurs clients
lorsque celui-ci passe par Apple et son achat dans les apps, semble moins
inquiétante que prévu:
on en a parlé ici
.

Verra-t-on la fin des applications tierces de vente d’eBook sur l’App Store
fin Juin ?  On suivra ceci avec attention, sachant qu’Apple a déjà du
faire marche arrière sur certains de ses choix qui ne passaient pas …

Pour aller plus loin sur ce même sujet, retrouvez également ici une
analyse de ces règles par un avocat

i-nfo.fr - Application officielle iPhon.fr
Par : iLGMedia
4.4
NOTE
18 Commentaires

18 Commentaires

  1. Santa (posté avec l'application iFon.fr)

    26 mai 2011 à 10 h 18 min

    Il faut aussi préciser que les éditeurs ont aussi une marge conséquente, de
    l’ordre de 60%.

    Un éditeur en direct fait donc encore de beaux bénéfices de l’ordre de
    30%.

    Mais pour un intermédiaire qui doit déjà cumuler ces 2 marges est clairement
    en perte.

    Info à relativiser donc 😉

  2. Tenteck (posté avec l'application iFon.fr)

    26 mai 2011 à 23 h 17 min

    Totalement d’accord emns17 et je dit android vauncra!

  3. ddrmysti

    26 mai 2011 à 14 h 29 min

    "oui enfin, apple gagnerait autant que l’éditeur sans rien faire mis à part
    la mise à dispo sur l’app store…"

    Apple gère l’appstore, en est le créateur, en a la maintenance à sa charge,
    développe et vend les systèmes physique et logiciels permettant la lecture des
    books.

    Donc on est très loin d’une tierce partie qui ne fait rien du tout.

  4. Patou110 (posté avec l'application iFon.fr)

    26 mai 2011 à 13 h 31 min

    Bjr je pense que 15% serait le bien venus car en plus c est le consomateur
    qui seras prive de cela alors mr apple penser aux autres car a trop vouloir
    manger on s etrangle dis le proverbe

  5. Skippy

    26 mai 2011 à 11 h 57 min

    @Fox92 : Ca ne supprimera pas d’appli bidon … ces appli sont souvent
    purement virtuelles.

    Ca supprimera les appli qui "vivent" des deux mondes (réel et virtuel) et
    qui ne pourront pas survivre à la ponction de 30% du prix par Apple pour la
    vente sur iPhone.

  6. DarkDhalia

    26 mai 2011 à 11 h 51 min

    Je tombe quand même des nues en voyant certaines réactions épidermiques
    alors que ça ne dérange personne quand tous les concurrents le font déjà depuis
    un bail mais que personne ne cherche à critiquer avec autant de véhémence…

    Sur Kindle -> format propriétaire AZW complètement fermé sur l’écosystème
    Kindle et inexploitable par la concurrence. Ils risquent enfin d’ouvrir le
    support… ePub sur leurs liseuses et tablettes maintenant qu’ils ont une pdm
    bien installée. Pour lire sur Kindle, fichier mobi indispensable, et sans
    DRM.

    B&N : uniquement le magasin B&N sur les Nook, pas de magasin
    tiers.

    Kobo, pareil

    Fnacbook, pareil…

    Et j’en passe.
    En matière de livre numérique, à chaque grosse tablette son store dédié et
    aucune place pour la concurrence sur la tablette/liseuse elle-même, ce qui
    n’empêche pas le consommateur d’aller acheter ailleurs et d’importer ensuite
    son fichier…

    La situation, jusqu’à présent, était du domaine de l’exception de marché, il
    fallait être un énorme fou pour s’y engager en croyant que les choses allaient
    rester en l’état (alors que c’était clairement une "faille" au niveau du marché
    global).

    La raison économique est des plus simples : ces machines sont des
    opportunités nouvelles de ventes qui doivent grandement leur succès à leur
    constructeur, ses recherches et développements, son marketing, etc. Tout
    magasin-tiers qui vient donc en profiter sans payer une dime (en échange d’une
    opportunité de vente ) est donc considéré comme parasite.
    Comme, un peu, dans le monde réel que vous êtes censés connaître, où vous ne
    verrez jamais le libraire indépendant de la ville poser son stand au milieu de
    la Fnac locale… sans lui reverser une contribution au passage.

    Quant aux éditeurs de presse, je trouve leurs envolées lyriques assez
    ahurissantes de mauvaise foi sachant que ça fait des années que la plupart ont
    accepté de délocaliser l’abonnement chez des prestataires-tiers qui cassent les
    prix, prennent de 50 à 90% de la marge, avec pour conséquence une gestion
    d’abos à perte pour l’éditeur de presse…

  7. Zep (posté avec l'application iFon.fr)

    28 mai 2011 à 16 h 15 min

    Apple Glouton ou Picsou ? Ah bon!
    J’ai déjà precommandé un Samsung S2, la vie va être douce douce 😉

  8. Logan86 (posté avec l'application iFon.fr)

    26 mai 2011 à 11 h 14 min

    Un diffuseur de presse lui gagne 14% de plus Apple aimerai voir les
    diffuseur de presse disparaitre afin d etre le seul a pouvoir proposer de la
    presse
    Bref pour subsister avec 30 % de royalties a reverser les éditeurs devrons
    augmenter leur prix de façon importante …

  9. Pascale

    26 mai 2011 à 16 h 15 min

    Oui attention cette info est très partielle (ou partiale…)
    Le libraire touche 30%, le distributeur 20%, editeur 20% auteur 5 à 10% le
    reste c’est de la fabrication et TVA. Donc dans le cas du livre numérique même
    si on retire 30% (pour Apple comme un libraire) il reste pas mal de bénef…
    Les éditeurs veulent le beurre et l’argent du beurre aussi ! Quand on voit le
    prix des livres numériques c’est à pleurer.
    Cependant tout ce discours ne justifie pas pour autant les 30% à Apple.
    Les éditeurs de livres vont avoir la même punition que pour la musique, le
    piratage. Leur seule chance c’est que les jeunes (technophiles) lisent moins.
    Les seniors sont moins adeptes du téléchargement, mais éditeurs méfiez-vous
    tout de même…

  10. Woody (posté avec l'application iFon.fr)

    26 mai 2011 à 10 h 38 min

    Apple n’aime pas la concurrence… elle préfère dissuader les sociétés
    existantes à poursuivre leur activité en leur imposant un reversement
    exorbitant afin de récupérer les publications.
    Décidément sa politique commerciale devient de plus en plus écœurante…

  11. stephen

    26 mai 2011 à 10 h 31 min

    oui enfin, apple gagnerait autant que l’éditeur sans rien faire mis à part
    la mise à dispo sur l’app store…

    devine qui est le grand gagnant dans tout ça ??

    et comment peut s’établir la concurrence si il n’y a qu’apple qui puisse
    gagner sans pertes ?

  12. Fabofab

    26 mai 2011 à 11 h 49 min

    Il ne faut pas confondre marge et bénéfice comme c’est souvent fait.
    Reverser 30% des bénéfices cela signifie qu’il reste 70% de bénéfices pour
    l’éditeur. Cela ne veut pas dire que l’éditeur ne fait pas de marge, je veux
    pas lancer un débat économique, mais lorsque je vends un produit là où je
    bosse, la marge suffit à faire vivre le magasin, payer les employés, le loyer
    … Les bénéfices ne servent qu’au "patron" qui décide ce qu’il en fait.
    Faudrait voir à pas tout mélanger, il vaut mieux pour un éditeur n’avoir que
    70% des bénéfices sur x ventes de magazines que 0% de bénéfices sur 0
    ventes.

  13. stephen

    26 mai 2011 à 10 h 31 min

    oui enfin, apple gagnerait autant que l’éditeur sans rien faire mis à part
    la mise à dispo sur l’app store…

    devine qui est le grand gagnant dans tout ça ??

    et comment peut s’établir la concurrence si il n’y a qu’apple qui puisse
    gagner sans pertes ?

  14. edms17

    26 mai 2011 à 19 h 40 min

    Oui, eh bien moi j’ai choisi cette année car je m’oppose à la façon de faire
    d’Apple DONC : j’ai racheté un PC et mon iMac fait tapiserie et ne sera pas
    renouvelé. Mon iPhone4 sera donné pour la dernière fois à mon épouse et je
    prendrai un téléphone sous Androïd plus SOUPLE et je me fous des Applis que
    j’ai acheté sur l’Apple Store. STOP à la connerie on n’a plus les moyens, je
    retourne sur Windows etc…

  15. stephen

    26 mai 2011 à 11 h 00 min

    on peut le voir avec la politique d’Adobe qui va faire des MAJ
    intermédiaires dès qu’ils vont rajouter quelques fonctions… Au final, si le
    consommateur veut toujours avoir la dernière version, ça lui coutera 2 fois
    plus cher…

  16. Fox92 (posté avec l'application iFon.fr)

    26 mai 2011 à 11 h 24 min

    Les règles paraissent durzs mais pour le consommateur ça peut être davantage
    de qualité. Ça évite d’avoir un trop large choix où l’essentiel est noyé dans
    la masse, infesté d’appli bidons, au moins on épure un peu. Si une appli est
    bonne et plaît, elle est achetée, le succès est au rendez-vous, c’est
    inmanquable et c’est normal.

  17. hooker

    26 mai 2011 à 15 h 31 min

    Dans la vie il y a les baiseur et les baisé ..

  18. kouiki

    26 mai 2011 à 13 h 24 min

    C’est bien là peut-être l’une des causes qui pourrait engendrer le déclin de
    la marque: sa politique du tout controler et du tout fric qui pourrait bien lui
    faire perdre de son clinquant et venir ternir l’engouement du public pour ses
    produits.

    Je consomme Apple oui mais ppur combien de temps encore, la marque me déçoit
    de plus en plus.

    A vrai dire, ça me fait même ch*** de me dire que de par ma consommation je
    soutiens leur stratégie.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Notre dev présente

LillyPlayer