Suivez-nous

Jeux

La revente de jeux dématérialisés rendue obligatoire pour Steam. Quid des jeux iOS ?

Après quatre ans de lutte, une association de consommateurs qui jugeait abusive la clause interdisant la revente de jeux Steam appliquée par Valve a enfin obtenu gain de cause.

Il y a

le

Steam UFC Que Choisir
© Steam

Lors d’un récent procès opposant l’association de consommateurs UFC – Que Choiir au studio Valve, le tribunal de grande instance de Paris a tranché. Il a autorisé la revente des jeux sur Steam, alors même s’il ne s’agit pas d’oeuvres matérielles. Après quatre ans de lutte, l’association de consommateurs, qui jugeait abusive la clause interdisant la revente de jeux Steam appliquée par Valve, a enfin obtenu remporté ce combat contre le studio américain.

Auparavant, les jeux dématérialisés ne pouvaient être revendus par leurs propriétaires, contrairement aux jeux physiques. Le jugement explique que Valve « ne peut plus s’opposer à la revente d’une copie ou exemplaire même si l’achat initial est réalisé par voie de téléchargement ». Désormais, Valve va devoir revoir l’organisation de sa plateforme pour permettre à leurs utilisateurs de revendre leurs jeux.

Le tribunal de grande instance de Paris a également soutenu l’UFC – Que Choisir en ce qui concerne 14 autres clauses qui ont été jugées abusives. Parmi celles-ci, il y a notamment le fait que Valve conserve les fonds stockés dans le porte-monnaie virtuel de ses utilisateurs alors que ces derniers ont quitté la plateforme.

Il s’agit là d’une importante décision concernant Steam et le jeu vidéo en France. Car sur PC, une majorité des titres sont achetés via la plateforme de Valve justement. Mais Valve n’est pas le seul acteur du marché du jeu dématérialisé. D’autres acteurs comme GOG proposent des services similaires. Reste à voir maintenant si ces derniers seront également touchés par cette nouvelle règles pour la revente des jeux dématérialisés. Cela interroge aussi du côté de la firme californienne, qui ne permet pas non plus à ce jour de revendre les jeux ni même les apps achetés sur l’App Store, aussi bien sur Mac que sur iOS. Il ne serait pas impossible que Steam ne soit pas le seul acteur concerné. D’ici quelques années, on pourrait donc imaginer une sorte de section dédiée à la revente de jeux de seconde main dans les différents magasins de jeux dématérialisés, PC, consoles et même mobile, possiblement.

La revente de jeux dématérialisés rendue obligatoire pour Steam. Quid des jeux iOS ? 1
i-nfo.fr - Application officielle iPhon.fr
Par : iLGMedia
4.4
NOTE

Diplômé en UX Design, j'ai fait de ma passion un métier, avec un intérêt fort sur l’impact des nouvelles technologies dans notre société. Pour me contacter : arthur[a]iphon.fr.

7 Commentaires

7 Commentaires

  1. Lecteur-1518008189 (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    30 septembre 2019 à 16 h 19 min

    Une très bonne chose.

  2. Steack106 (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    30 septembre 2019 à 17 h 15 min

    Une très bonne chose dans le principe, mais je suis un peu dubitatif sur la concrétisation. Un support physique, ça peut s’abîmer (boîtier, DVD ou Blu-ray…), et donc la revente d’occasion se faisait avec une décote.
    Mais le dématérialisé, il n’y a pas de dégradation physique. Comment gérer la « décote » puisqu’il n’y a pas. » de dégradation. Pourquoi acheter un jeu « d’occasion » quand on peu avoir le neuf pour le même prix. Et s’il y a une décote, pourquoi acheter du neuf (à part une question de délais pour en profiter tout de suite plutôt qu’attendre la dispo en « occasion ») ?
    Bref, pas simple…

  3. User1473443519313 (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    30 septembre 2019 à 17 h 31 min

    @Steack106 Logiquement c’est le vendeur qui définit son prix donc ce serait à lui d’appliquer sa propre décote. Mais c’est bien tout le problème, c’est de revendre un jeu d’occasion dans l’état neuf. Même si c’est une bonne chose pour le consommateur, si le vendeur peut vraiment appliquer sa propre décote et revendre un jeu « neuf » moins cher qu’un neuf, l’industrie du jeu vidéo et même des applications et programmes en général, risque de perdre énormément d’argent.
    Ce que j’imagine c’est qu’à partir du moment où ça deviendra effectif, on n’achètera plus un jeu dématerialisé mais on obtiendra une sorte de licence personnelle à vie. Donc pas de propriété et donc pas de revente possible.
    J’ai confiance dans le fait que cette industrie, qui est une véritable pompe à fric, ne laisse pas s’échapper tous ces milliards et trouve rapidement un subterfuge 🤷🏻‍♂️

  4. Steack106 (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    30 septembre 2019 à 20 h 13 min

    @User1473443519313 oui, c’était le sens de mon message. Il y a des gens qui ne veulent pas acheter de cartouche ou de BR d’un jeu d’occasion. Mais un jeu d’occasion « comme neuf » avec une petite décote pour le revendre pour être compétitif vis-à-vis du neuf… c’est clairement un risque de baisse de chiffres pour les majors du jeu vidéo… pas le genre de roudoudous à se laisser bouffer la laine sur le dos sans réagir… l’industrie du jeu vidéo représente beaucoup plus que le cinéma…

  5. DG33600

    30 septembre 2019 à 21 h 54 min

    Cela va signer la fin de l’achat des licences, et accélérer le passage au tout locatif.
    Remarquez que l’offre Apple Play vient d’arriver. Google Play aussi.
    Faut-il dire merci à UFC Que Choisir ?
    Ceci-dit ce n’est pas la plainte d’UFC Que Choisir qui a fait émerger la location de jeux…

  6. Thilo (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    1 octobre 2019 à 2 h 19 min

    Et pourrait-on revendre des applications ou de la musique achetées sur iTunes ?

  7. Enigmatiqk (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    1 octobre 2019 à 7 h 26 min

    @Thilo je me posais la question, il y a déjà eu un cas de décès avec une énorme bibliothèque iTunes et la récupération des titres a nécessité la justice. Impossible de me souvenir du resultat

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *