Reuters rapporte qu'une réunion "de crise" se tenait ce Dimanche à Séoul pour évoquer le verdict, jugé en interne par Samsung comme 'le pire des scénarios envisagés' (le cours de la société a d'ailleurs baissé de 7 % après le verdict) mais c'est le directeur de la division mobile qui était présent, tandis que Kwon Oh-hyun, directeur général de Samsung, n'y a pas pris part.

Il s'avère qu'il est en fait directement en charge de la partie composants du géant de l'électronique et donc des relations clients fournisseurs avec leur plus gros partenaire dans ce domaine : Apple. Ceci est analysé comme un message montrant que, si Samsung continuera logiquement de se battre sur le front judiciaire, les deux activités sont indépendantes et ne doivent pas avoir d'impact l'une sur l'autre. En d'autres termes, Samsung ne veut pas mettre en danger le deal avec Apple et pour cause, il est énorme et représente des milliards de dollars.

Ainsi Samsung est le fabricant des processeurs utilisés dans l'iPhone et l'iPad, fournit les mémoires utilisées das ces mêmes produits mais également avec LG et d'autres, le Sud Coréen est en charge de la fabrication des écrans. Au final, c'est 26 % du cout de fabrication d'un iPhone qui serait estimé revenir à Samsung pour un revenu total de 13 milliards de dollars et surtout 2,2 milliards de $ de profits soit 8 % du bénéfice de Samsung.

Coté Apple, la dépendance est évidente et majeure. Bien qu'ayant commencé, depuis 2010 et les premiers échanges houleux avec Samsung, à diversifier ses fournisseurs , le géant reste très dépendant de Samsung et ne pourrait s'en passer à court terme. Samsung l'a bien compris et pourrait s'en servir éventuellement dans les négociations à venir entre les deux, mais reste prudent, un de ses dirigeants qui participait au meeting affirmant que "le contrat de fournisseur restait indépendant des actions en justice et que cela n'était pas amené à changer".

Une bonne nouvelle pour les approvisionnements à venir des prochaines machines d'Apple !


Et c'est l'occasion d'une mini revue de presse suite au jugement de samedi qui s'il touche Samsung, vise également en filigrane, Google, son système Android et par ricochet les autres fabricants :



Vous aimez ? Partagez !