La société a suivi les bénéfices engrangés par 40 jeux free-to-play sur le mois de février 2016. Ils ont mis en évidence que 0,19 % des joueurs rapportent presque la moitié (48 %) des revenus totaux de ces jeux. 99,81 % des joueurs ne dépensent donc que très peu d’argent ou pas du tout.

achats-in-app-2.jpg

Parmi ces 0,19 %, ils sont 64 % à n’effectuer qu’un seul achat intégré par mois, quand 6,5 % mettent au moins 5 fois la main au portefeuille. Le montant moyen dépensé par ces 0,19 % est 24,33 $ mensuels.

Sur la totalité des joueurs de ces jeux avec achats in-app, 1,9 % investissent de l’argent réel.

La difficulté des développeurs ayant choisi ce système est donc d’engranger un maximum de joueurs pour avoir le plus de chance de récupérer des pépites, les joueurs les plus accros.

L’autre difficulté est de réussir à donner l’envie de passer à la caisse, sans faire fuir le joueur.

Et puis un jeu free-to-play n’est pas forcément facilement rentable. Plusieurs éditeurs, avant de connaitre de gros succès (souvent avec un seul jeu d‘ailleurs), connaissent généralement quelques échecs auparavant.

Malgré tout, quand le succès est là, le système peut être une véritable poule aux oeufs d’or. Il n’y a cas voir le classement des 10 apps les plus rentables de l’App Store pour se rendre compte que les jeux gratuits avec achats intégrés sont majoritaires (Clash Royale, Clash of Clans, Candy Crush Saga, etc.).

Source

Vous aimez ? Partagez !