Suivez-nous

Applications

Google Meet devient gratuit pour concurrencer Zoom

Google a annoncé que son service de visioconférence Meet devenait gratuit à partir de lundi, un moyen de concurrencer Zoom et les autres acteurs du marché.

Il y a

 

le

 
Google Meet
© Google

En pleine guerre entre les différents services de visioconférence, Google frappe un grand coup en annonçant la gratuité de son outil Meet.

Actuellement, Google Meet est un service dédié aux professionnels et inclut dans la G Suite —payante, de la société américaine. Toutefois, la firme américaine prévoit désormais d’ouvrir son outil à tous gratuitement dès ce lundi —et ce jusqu’au 30 septembre.

Comment Google veut s’attaquer à Zoom ?

Dès le 4 mai, les adeptes des outils de Google pourront utiliser Meet pour faire des visioconférences allant jusqu’à 100 participants en même temps sans aucune limite de temps. Pour les entreprises, cette même limite est de 250 personnes. En comparaison, la version gratuite de Zoom permet également d’ajouter 100 personnes, mais les appels vidéo coupent au bout de 30 minutes et il faut rejoindre la réunion à nouveau.

Côtés fonctionnalités, Google Meet permet une vue mosaïque qui va jusqu’à 16 personnes en simultané sur un écran, le partage d’écran ainsi que les sous-titres en temps réel. En somme, les fonctionnalités de base dont un utilisateur peut avoir besoin lors d’un appel dédié au divertissement (ou non).

Google agit logiquement de la sorte afin de concurrencer Zoom, dont le service est passé de 10 à 300 millions d’utilisateurs par jour. Cependant, ce dernier a été au centre de plusieurs polémiques liées à la découverte de plusieurs failles de sécurité.

Outre la gratuité de son service Meet, Google compte bien miser sur la sécurité pour convaincre les utilisateurs d’utiliser son outil au détriment de celui de son concurrent. Reste à savoir si ces éléments seront convaincants dans les semaines à venir.

De son côté, Microsoft Teams a également connu une forte hausse de son utilisation durant cette période, si bien que le nombre d’appels quotidien a fait un bond de 1 000% au mois de mars.

i-nfo.fr - App officielle iPhon.fr
Par : Keleops AG
4.4 / 5
16,2 k avis
3 Commentaires

3 Commentaires

  1. User1473359493619 (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    1 mai 2020 à 10 h 57 min

    Un peu tard non? Si les gens ont leur habitude ils ne changeront pas. Et si dans 3 mois cela redevient payant je ne vois pas l’intérêt de changer d’outil.

  2. Mike (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    3 mai 2020 à 21 h 07 min

    @User1473359493619

    Dommage que les gens se soient rués sur zoom. Société chinoise.

    Il existe d’autres alternatives. On va voir si ça suffira. Mais il y a tellement d’aficionados de Google que je ne serait pas surpris de voir un bon pourcentage changer.

    Au boulot, pas de zoom. On a des licenses Microsoft pour la boîte, et dans la suite des outils, Teams en fait partie.
    Depuis que l’on a commencé le télétravail, on utilise Teams pour pleins de choses.

  3. Mike (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    3 mai 2020 à 21 h 10 min

    A propos de Teams, pas vraiment une surprise. Beaucoup d’entreprises ont des licenses Microsoft pour la suite office 365 !
    Microsoft Teams fait partie des outils.

    Mais maintenant que les gens sont en télétravail, les séances ne se font plus au bureau, mais depuis la maison. Teams fonctionne très bien pour ça.

    Aussi, cool comme on peut donner l’accès à une fenêtre et on peut voir le pointeur de la souris de celui qui en a le contrôle avec ses initiales évoluer à l’écran. Il peut y en avoir plusieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 iPhon

Apple, le logo Apple, iPod, iTunes et Mac sont des marques d’Apple Inc., déposées aux États-Unis et dans d’autres pays. iPhone et MacBook Air sont des marques déposées d’Apple Inc. MobileMe est une marque de service d’Apple Inc iPhon.fr et son forum ne sont pas liés à Apple et les marques citées sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.