Suivez-nous

Actualités

L’iPhone en 2007 : impossible à fabriquer selon la direction de Blackberry !

Il y a

le

iphoneedge.jpgBlackBerry, ex RIM, est en perte de vitesse depuis de
nombreux mois et perd chaque trimestre des parts de marché sur le secteur très
concurrentiel des téléphones mobiles.

Récemment, un ancien employé a partagé l’ambiance chez RIM lorsque l’iPhone
a été annoncé par Apple et son dirigeant Steve Jobs,
lors de la conférence du 9 janvier 2007 (voir vidéo ci-dessous). La société
canadienne était convaincue après cette présentation qu’Apple était
dans l’incapacité de produire une machine capable de faire ce qui avait été
annoncée dans un aussi petit gabarit
.

Chez BlackBerry, on sera passé par le chaud et
le froid en cette année 2007 qui a été marqué, entre autres, par la
présentation de l’iPhone.

Ce fut tout d’abord un sentiment de panique devant les fonctionnalités
annoncées dans un terminal aussi petit. Leurs spécialistes étaient convaincus
qu’Apple ne pouvait pas faire tenir un processeur assez puissant avec une
autonomie correcte dans un tel format de téléphone. Ensuite, lors du premier
démontage de l’appareil, les ingénieurs ont pu constater, certainement avec
effroi, que l’iPhone en était effectivement capable.

Apple avait en effet réussi à placer dans le
boîtier de l’iPhone Edge un écran tactile avec une carte mère minuscule et une
batterie capable de faire fonctionner le terminal plusieurs heures.

BlackBerry, tout comme Microsoft ou Nokia, n’a
pas cru au développement de cette nouvelle génération de smartphone qui
s’annonçait
, et n’a proposé que fin 2008 son premier appareil à écran
tactile, soit presque deux ans après la présentation de l’iPhone.

On connait tous la suite de l’histoire et les difficultés actuelles de
BlackBerry …

Depuis, la société a décidé de sortir
sa messagerie emblématique
sur iOS, une sortie un
peu compliquée comme vu ici
.


source

Vous aimez ? Partagez !

8 Commentaires

8 Commentaires

  1. Yoshi (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    29 mars 2014 à 15 h 40 min

    Tout à fait du même avi que le commentaire juste au dessus de moi !

  2. CaRoxe

    29 mars 2014 à 15 h 46 min

    Il faut se dire également qu’à l’époque les "système d’exploitation" des
    (smart)phones ne pesaient que quelques centaines de Ko ou quelques dizaines de
    Mo quand Apple est arrivé avec un vrai ordi mobile embarquant un OS de
    plusieurs centaines de Mo, avec les incroyables capacités que l’on sait. Une
    page était tournée.

  3. TheFloyd

    29 mars 2014 à 17 h 11 min

    Assez d’accord avec toi OmegaRed972.
    J’ajouterai qu’un employé de Nokia avait également parlé d’un projet de
    smartphone tactile refusé par la direction en place à cette époque (faudrait
    que je retrouve ce témoignage).
    Les dirigeants de ces grosses boîtes ont clairement préféré protégé leur petit
    trésor plutôt que de dépenser pour développer les idées de leurs ingénieurs.
    Apple (et sûrement d’autres) n’hésite pas à dépenser quand une idée parait
    intéressante ! Ca a fait la différence !
    L’Iphone a ouvert la voie à une nouvelle génération de smartphone de belle
    manière. Certains l’ont tout de suite compris et ont revu leurs plans, d’autres
    sont restés bloqués sur leur "ça ne marchera pas". Hallucinant !

  4. OmegaRed972

    29 mars 2014 à 16 h 35 min

    Les dirigeants de BlackBerry (tout comme ceux de Nokia ) sont des personnes
    qui se croyaient intouchables, manquant clairement de vision d’avenir et qui
    ont provoqué la chute de leur entreprise avec à la clé des milliers de
    suppressions de poste et le tout sans être inquiétés (car les bonus eux sont
    toujours la). Leur arrogance les a perdu ! Je me souviens encore des
    déclarations complètement hallucinantes de dirigeants de Nokia qui crachaient
    sur l’iPhone en le considérant comme un micro phénomène sans importance et sans
    avenir et ne pouvant pas les menacer…. On voit le résultat aujourd’hui

    Ils sont passés d’une situation de leader quasi incontesté et extrêmement
    intégré au monde de l’entreprise (un avantage décisif à mes yeux) à une
    situation de quasi faillite et des parts de marché que l’on peut qualifier de
    symboliques !
    J’ai acheté l’iPhone edge (et je l’ai toujours, et il fonctionne !) , c’était
    un bon en avant de 10 ans comparé à ce qui se faisait à l’époque et même si son
    prix était très élevé, il était quasiment justifié quand on se souvient de ce
    que proposait la concurrence ….
    Tout ça pour dire que les propos de cet ancien employé de BlackBerry ne sont
    pas vraiment surprenants ….
    Le pire étant peut être qu’il a fallu à ces même compagnie, ainsi qu’à
    Microsoft quasiment 2 ans pour sortir des produits concurrents et qui pourtant
    n’atteignaient toujours pas le niveau de l’iPhone …

  5. Yoshi (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    29 mars 2014 à 19 h 48 min

    Pour répondre à Carox c’est un peu logique que les mises à jours prennent de
    la place ce n’est plus du tout les mêmes maj et surtout c’est beaucoup plus
    évolué au stats de maintenant 😉 !

  6. TiTNiCo (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    29 mars 2014 à 22 h 36 min

    Sans Apple je sais vraiment ce que seraient les téléphones mobiles
    aujourd’hui! Minables comme les SPV avant l’iPhone…
    Actuellement, les concurrents d’Apple on seulement copié une fois avoir vu que
    le publique était fou de l’iPhone!!
    Merci Apple d’innover dans le bon sens!
    J’attends votre iPhone 6 avec impatience!!

  7. NetSkywalker (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    29 mars 2014 à 23 h 21 min

    Si on savait le nombre de boîtes ou, aujourd’hui encore, ce type de
    commentaires est audible par des Durecteurs Généraux qui de toute façon savent
    qu’ils n’auront pas a gérer les conséquences de leur indécision a long terme.
    Il y a certes la vision mais c’est aussi la capacité a se projeter a long terme
    qui fait le succès d’Apple (qui savait a ce moment la qu’ils étaient en train
    de tuer l’iPod) ou de Google (dont personne ne soupçonnait le pouvoir qu’ils
    prendraient quand ils ont lance la cartographie qui leur sert aussi aujourd’hui
    a préparer la voiture sans conducteur de demain).

  8. Wlm (posté avec l'app i-nfo.fr V2)

    30 mars 2014 à 12 h 27 min

    C’est LA différence entre les sociétés promises a un grand avenir et les
    autres. Celles qui sont capables d’identifier le potentiel d’une idée au lieu
    de se contenter de ce qui existe. Dans le même genre Napoléon Bonaparte qui a
    rejeté l’idée du bateau a vapeur par un inventeur de l’époque, disant qu’il
    était "impossible pour un bateau d’avancer contre le vent". Quelle aurait été
    la face de l’Europe d’aujourd’hui s’il avait vu son potentiel militaire …
    ?

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Notre dev présente

LillyPlayer